À la une »

16 octobre 2014 – 9 h 22 min | Edit Post

Leonard Liggio a consacré toute sa vie à la promotion des idées de liberté et de responsabilité dans les think tanks indépendants qu’il a largement contribué à créer aux États-Unis

Lire l'article complet »
Traductions
Ebooks à télécharger
Evènements
audio-video
Tribune libre
Accueil » Ebooks à télécharger

Mises, Théorie et histoire (1957)

Soumis par sur 25 mars 2011 – 7 h 39 min

Livre complet en téléchargement : pdf, epub, mobi

Traduction de Hervé de Quengo

Préface de Murray Rothbard

Ludwig von Mises a publié de nombreux livres et articles au cours de sa longue et féconde carrière, chacun d’eux offrant d’importantes contributions à la théorie et à l’application de la science économique. Mais, parmi eux, quatre immenses chefs-d’œuvre se détachent, monuments immortels du plus grand économiste et spécialiste des sciences de l’action humaine de notre siècle. Le premier, qui installa Mises au premier rang des économistes, fut La Théorie de la monnaie et du crédit (1912), qui unifiait pour la première fois la théorie de la monnaie et la théorie des prix relatifs, et esquissait sa théorie ultérieure des cycles économiques. Le deuxième grand ouvrage de Mises fut Le Socialisme (1922), qui fournissait la critique décisive et détaillée du socialisme et qui démontrait qu’un ordre socialiste ne pourrait pas faire de calcul économique. Le troisième fut son prodigieux traité, L’Action humaine (1949), qui exposait une structure complète de l’économie et de l’analyse de l’homme agissant. Ces trois œuvres ont toutes laissées leur empreinte sur l’économie et ont été mises en vedette au cours du « renouveau » autrichien qui a fleuri aux États-Unis durant la dernière décennie.

Mais le quatrième et dernier grand ouvrage de Mises, Théorie et Histoire (1957), a eu remarquablement peu d’impact et a rarement été cité, même par les jeunes économistes du récent renouveau autrichien. Il reste de loin le chef-d’œuvre le plus négligé de Mises. Et pourtant il fournit le soubassement philosophique et l’élaboration de la philosophie sous-tendant l’Action humaine. C’est la grande œuvre méthodologique de Mises, qui explique la base de son approche de l’économie et qui offre des critiques étincelantes de solutions de rechange aussi fallacieuses que l’historicisme, le scientisme et le matérialisme dialectique marxiste.

On pourrait penser que, malgré sa grande importance, Théorie et Histoire ne s’est pas imposé parce qu’à notre époque de spécialisation théorique aveugle l’économie n’aurait rien à faire de ce qui peut évoquer la philosophie. L’hyperspécialisation joue certainement un rôle mais, au cours des dernières années, l’intérêt pour l’épistémologie et les bases fondamentales de l’économie s’est développé et l’on pourrait penser qu’au moins les spécialistes de ce domaine auraient trouvé matière à discuter et à apprendre dans ce livre. Et les économistes ne sont certainement pas encore allés si loin dans le jargon et les écrits confus qu’ils n’arriveraient pas à répondre à la prose brillante et lucide de Mises.

Il est plus probable, en fait, que le manque d’attention portée à Théorie et Histoire ait plus à voir avec le contenu de son message philosophique. Alors que de nombreuses personnes sont conscientes de la longue lutte solitaire que Ludwig von Mises mena contre l’étatisme et en faveur du laissez-faire, peu se rendent compte qu’il existe dans la profession économique une bien plus grande résistance à l’égard de la méthodologie de Mises qu’à ses idées politiques. Après tout, le soutien à l’économie de marché n’est désormais pas rare chez les économistes (sans toutefois la cohérence sans faille de Mises), mais peu d’entre eux sont prêts à adopter cette méthode typiquement autrichienne que Mises a systématisée et baptisée « praxéologie ».

Au cœur de la praxéologie et de Mises se trouve le concept avec lequel il commence à juste titre Théorie et Histoire : le dualisme méthodologique, cette idée cruciale que les êtres humains doivent être considérés et analysés d’une façon et avec une méthodologie qui diffèrent radicalement de l’étude des pierres, des planètes, des atomes et des molécules. Pourquoi ? Parce que, tout bonnement, il est de l’essence des êtres humains d’agir, d’avoir des intentions et des buts et d’essayer d’atteindre ces derniers. Les pierres, les atomes et les planètes n’ont pas de but ou de préférence : dès lors, elles ne choisissent pas entre diverses possibilités d’action. Les atomes et les planètes se meuvent ou sont mues ; elles ne peuvent pas choisir, décider de modes d’action ou changer d’idées. Les hommes et les femmes peuvent le faire et le font. Par conséquent, les atomes et les pierres peuvent être étudiés, leurs mouvements reportés sur une courbe et leurs trajectoires tracées et prédites jusque dans les moindres détails, au moins en principe. On ne peut pas le faire avec les individus : chaque jour, les gens apprennent, adoptent de nouvelles valeurs et de nouveaux buts et changent d’avis ; le comportement des gens ne peut pas être mis dans une grille et prédit comme on peut le faire pour des objets sans esprit, incapables d’apprendre et de choisir.

Nous comprenons alors pourquoi la profession économique a opposé une si forte résistance à l’approche fondamentale de Ludwig von Mises. C’est que l’économie, comme les autres sciences sociales de notre siècle, a embrassé le mythe de que Mises a fort à propos et avec dédain appelé le « scientisme » – l’idée selon laquelle la seule approche véritablement « scientifique » de l’étude de l’homme serait d’imiter celle des sciences physiques et en particulier de sa branche la plus prestigieuse, la physique. Pour devenir véritablement « scientifique », comme la physique et les autres sciences de la nature, l’économie devrait dès lors éviter des concepts comme les intentions, les buts et l’apprentissage ; elle devrait abandonner l’esprit humain et n’étudier que des événements. Elle ne devrait pas parler de changements d’idée, parce qu’elle devrait affirmer que les événements sont prévisibles puisqu’en effet, comme le dit la devise originelle de la Société économétrique, « La science, c’est la prédiction ». Et afin de devenir une science « dure » ou une « vraie » science, l’économie devrait traiter les individus non pas comme des créatures uniques ayant chacune ses propres objectifs et ses propres choix, mais comme des brins de « données » homogènes et par conséquent prévisibles. L’une des raisons pour lesquelles la théorie économique orthodoxe a toujours eu de grandes difficultés avec le concept d’entrepreneur est que chaque entrepreneur est clairement et évidemment unique ; or l’économie néoclassique ne peut pas traiter du caractère unique des individus.

En outre la « vraie » science, prétend-on, devrait être pratiquée conformément à une variante du positivisme. Ainsi, en physique, le scientifique est confronté à de petits événements homogènes et uniformes qui permettent de chercher des régularités quantitatives et des constantes, par exemple l’accélération avec laquelle les objets retombent sur terre. Le scientifique élabore alors des hypothèses pour expliquer certains types de comportement ou de mouvement et en déduit diverses propositions grâce auxquelles il peut « tester » sa théorie en la confrontant avec la réalité empirique, brutale, avec ces petits événements observables. (La théorie de la relativité peut être testée en vérifiant certaines caractéristiques empiriquement observables d’une éclipse.) Dans l’ancienne variante positiviste, il « vérifiait » la théorie par ce contrôle empirique ; dans le positivisme plus nihiliste de Karl Popper, il ne peut de cette façon que « réfuter[1] » ou « ne pas réfuter » une théorie. En tout cas, ses théories doivent toujours être acceptées à titre provisoire et ne peuvent jamais, au moins officiellement, être considérées comme définitivement vraies ; car il se pourrait toujours que d’autres théories, différentes, puissent expliquer un plus grand ensemble de faits ou que certains faits nouveaux aillent à l’encontre ou réfutent la théorie. Le scientifique devrait toujours, au moins en apparence, faire preuve d’humilité et d’ouverture d’esprit.

Mais une partie du génie de Ludwig von Mises fut de voir que la bonne économie n’avait jamais procédé de cette façon et d’expliquer les bonnes raisons de cet étrange fait. Il y eut pas mal de confusion inutile quant à l’usage plutôt particulier du terme a priori chez Mises, et les adeptes des méthodes scientifiques modernes purent l’utiliser pour le rabaisser au rang de simple mystique peu scientifique. Mises avait compris que ceux qui étudient l’action humaine sont dans une position à la fois meilleure et pire, et en tout cas certainement différente, de ceux qui étudient les sciences de la nature. Le spécialiste des sciences physiques regarde des petits événements homogènes et avance à tâtons pour trouver des théories explicatives ou causales à ces événements empiriques et pour les tester. Mais en ce qui concerne l’histoire humaine, nous sommes, en tant qu’êtres humains nous-mêmes, en position de déjà connaître la cause des événements, à savoir le fait primordial que les êtres humains ont des buts et des objectifs et qu’ils agissent pour les atteindre. Et ce fait n’est pas connu de façon provisoire et hésitante, mais absolue et apodictique.

Un exemple que Mises aimait utiliser dans ses exposés pour démontrer la différence entre deux manières d’aborder le comportement humain était de regarder le comportement de la Grande Gare Centrale[2] à l’heure de pointe. Le béhavioriste « objectif » ou « véritablement scientifique », signalait-il, observerait les événements empiriques : par exemple des gens courant à gauche et à droite, sans but, à certains moments de la journée. Et c’est tout ce qu’il saurait. Mais celui qui étudie vraiment l’action humaine commencerait par partir du fait que tout comportement humain est intentionnel et découvrirait que le but est de se rendre de la maison au train pour aller travailler le matin, le contraire le soir, etc. On devine facilement lequel ferait le plus de découvertes et en saurait plus sur le comportement humain et par conséquent lequel des deux serait le véritable « scientifique ».

C’est à partir de cet axiome – le fait que l’action humaine est intentionnelle – que l’on déduit toute la théorie économique : l’économie étudie les implications logiques de ce fait universel qu’est l’action. Et comme nous savons avec certitude que l’action humaine est intentionnelle, nous avons la même certitude quant aux conclusions de chaque étape de la chaîne logique. Il n’est nul besoin de « tester » cette théorie, si tant est que ce concept puisse encore avoir le moindre sens dans ce contexte.

La réalité de l’action humaine intentionnelle est-elle « vérifiable » ? Est-elle « empirique » ? Oui, mais certainement pas de la manière précise ou quantitative à laquelle sont habitués ceux qui singent la physique. L’empirisme est général et qualitatif, et il vient de la nature de l’expérience humaine : il n’a rien à voir avec les statistiques et les événements historiques. Il dépend en outre du fait que nous sommes tous des êtres humains et pouvons donc utiliser cette connaissance pour l’appliquer à d’autres représentants de l’espèce. L’axiome de l’action intentionnelle est encore moins « falsifiable ». Il est tellement évident, une fois qu’on l’a énoncé et qu’on y a réfléchi, qu’il constitue clairement l’essence même de notre expérience du monde.

Il est heureux que la théorie économique n’ait pas besoin de « test » car il est impossible de la tester de quelque manière que ce soit en confrontant ses propositions à des événements homogènes ou uniformes. Il n’existe en effet pas d’événements de ce genre. L’utilisation de statistiques et de données quantitatives peut essayer de masquer ce fait, mais leur précision apparente n’est fondée que sur des événements historiques qui ne sont nullement homogènes, quel que soit le sens que l’on donne à cette épithète. Chaque événement historique est le résultat unique et complexe de nombreux facteurs causaux. Comme il est unique il ne peut pas être utilisé dans un test positiviste, et ne peut pas non plus être combiné à d’autres événements dans des corrélations statistiques pour fournir un résultat significatif. Dans l’analyse des cycles économiques, pour prendre un exemple, nous ne sommes pas fondés à traiter chaque cycle comme strictement homogène à tous les autres ni par conséquent à ajouter, multiplier, manipuler et corréler des données. Faire la moyenne de deux séries temporelles, par exemple, et affirmer fièrement que la série X montre une avance moyenne de quatre mois sur la série Y à une certaine phase du cycle ne veut presque rien dire. Car (a) il se peut qu’aucune série temporelle individuelle ne possède une avance de quatre mois et que les avances varient fortement ; et (b) la moyenne de séries passées n’a aucune pertinence pour les données du futur, qui auront leurs propres différences, en fin de compte imprévisibles, par rapport aux cycles précédents.

Parce qu’il démolissait la tentative d’utilisation des statistiques pour bâtir le cadre de la théorie ou pour la tester, Ludwig von Mises a été accusé d’être un théoricien pur ne s’intéressant qu’à la théorie et ne respectant qu’elle. Ce sont au contraire, et ceci est le thème central de Théorie et Histoire, les historicistes et les positivistes qui ne respectent pas la particularité du fait historique en essayant de faire entrer de force les événements historiques complexes dans le lit de Procuste des mouvements atomiques ou planétaires. En ce qui concerne les affaires humaines, l’événement historique complexe a besoin d’être expliqué autant que possible par diverses théories ; mais il ne peut jamais être déterminé totalement ou précisément par une quelconque théorie. Le fait embarrassant que les prévisions des prétendus prophètes économiques ont toujours donné des résultats calamiteux, particulièrement celles prétendant à une précision quantitative, conduit les partisans de l’économie dominante à vouloir raffiner une fois de plus leur modèle en vue d’essayer à nouveau. C’est Ludwig von Mises, plus que tout autre, qui reconnaît que la liberté d’esprit et de choix se situent au cœur de la condition humaine, et qui comprend par conséquent que l’exigence scientifique d’un déterminisme et d’une possibilité de prédiction absolue revient à chercher l’impossible – et qu’elle est par conséquent profondément non scientifique.

Chez certains jeunes économistes autrichiens, le manque de volonté de s’opposer à l’orthodoxie méthodologique régnante a conduit soit à une franche acceptation du positivisme, soit à l’abandon de toute théorie au profit d’un institutionnalisme vaguement empirique. Se plonger dans Théorie et Histoire aiderait ces deux groupes à prendre conscience de ce que la véritable théorie n’est pas séparée du monde de l’homme réel et agissant et que l’on peut abandonner les mythes scientifiques tout en continuant à utiliser l’appareil de la théorie déductive.

L’économie autrichienne ne connaîtra jamais de renaissance authentique tant que les économistes n’auront pas lu et assimilé les leçons vitales de cet ouvrage malheureusement négligé. Sans la praxéologie, il n’est pas d’économie vraiment autrichienne ou vraiment saine.

Murray N. Rothbard

New York, 1985


[1] On emploie souvent le verbe « falsifier » pour traduire le terme anglais « falsify » quand il s’agit de la théorie de Popper. Il s’agit là en fait d’un néologisme car cette traduction ne concernait à l’origine que le terme « falsify » employé dans une autre sens (falsifier un document par exemple). NdT.

[2] Rothbard fait référence à la grande gare de New York, la Grand Central Station. NdT.

Table des matières

Préface de Murray Rothbard
Introduction

Première partie : La valeur

Chapitre 1. Les jugements de valeur
Chapitre 2. Connaissance et valeur
Chapitre 3. La recherche de valeurs absolues
Chapitre 4. La négation du jugement de valeur

Deuxième partie : Déterminisme et matérialisme

Chapitre 5 : Le déterminisme et ses critiques
Chapitre 6. Le matérialisme
Chapitre 7. Le matérialisme dialectique
Chapitre 8. La philosophie de l’Histoire

Troisième partie : Les problèmes épistémologique de l’Histoire

Chapitre 9. Le concept de l’individualité dans l’Histoire
Chapitre 10. L’historicisme
Chapitre 11. Le défi du scientisme
Chapitre 12. Psychologie et thymologie
Chapitre 13. La signification et l’utilisation de l’étude de l’Histoire
Chapitre 14. Les caractéristiques épistémologiques de l’Histoire

Quatrième partie : Le cours de l’Histoire

Chapitre 15. Les interprétations philosophiques de l’Histoire
Chapitre 16. Les tendances actuelles et l’avenir

Download (PDF, 1.44MB)

Autres articles:

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire!

Ajouter votre commentaire ci-dessous, ou trackback à partir de votre propre site. Vous pouvez aussi Comments Feed via RSS.

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

Vous pouvez utiliser ces balises:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> 

Il s'agit d'un Gravatar-enabled. Pour obtenir votre propre mondialement reconnu-avatar, s'il vous plaît vous inscrire à Gravatar.

UA-19954626-1