À la une »

29 mars 2014 – 15 h 35 min | 122 views

1° De l’aventure du Colloque Lippmann au « néo-libéralisme » selon Michel Foucault. 2° La révolution de la liberté aux USA. De Ludwig von Mises à Ron Paul.

Print Friendly
Lire l'article complet »
Traductions
Ebooks à télécharger
Evènements
audio-video
Tribune libre
Accueil » Argumentaires, Revue du web

Esquisse d’un programme libéral pour 2012

Soumis par sur 13 juin 2011 – 12 h 47 min 7 Commentaires | 31 views

Par Patrick de Casanove, président du Cercle Bastiat.

Dans le n° 793 des Quatre Vérités, Guillaume de Thieul­loy a proposé une « Esquisse d’un programme de droite pour 2012 ». Ce programme simple et clair mérite d’être largement repris, enrichi et diffusé par tous les libéraux.

Dans cet esprit, je voudrais développer l’un des trois axes de l’auteur : la rupture avec l’esprit de 68 et de 1981.

Il faut rendre aux Français leur autonomie matérielle, réduire les prélèvements obligatoires et la dépense publique. Le programme qui en découle est clair et efficace. Il comprend seulement trois points. Il s’adresse à tous les Français, quelles que soient leur situation sociale, leurs croyances, leur couleur, leurs préférences, leurs talents. Il ne prend pas aux uns pour acheter les voix des autres. Il rend, à tous, ce qui leur appartient.

Premier point : restituer aux Français l’intégralité de leurs revenus. Pour un salarié, cela s’appelle le salaire complet. C’est le salaire net, plus les charges dites « patronales » et les charges dites « salariales ». Dans les faits, ces charges sont prélevées sur le travailleur.
Si chacun dispose de la totalité de ses ressources, il peut choisir, pour son assurance-maladie et sa retraite, entre des prestataires mis en concurrence. Il peut ainsi s’assurer mieux et à meilleur compte.

Deuxième point : restituer aux Français la libre disposition de la propriété foncière et immobilière. Les règlements d’urbanisme draconiens engendrent la pénurie de logements et la hausse des prix. Les plus modestes ont des difficultés à se loger et cette difficulté touche désormais les classes moyennes. Avec le libre usage de la propriété foncière, chacun fait ce qu’il veut avec ce qu’il a, aux conditions de ne pas nuire aux voisins et de supporter tous les frais.

Troisième point : appliquer la « flat tax ». Il n’y a plus de niche, d’exemption, de cas particulier… Les impôts et taxes indirects n’ont plus de raison d’être. Les Français paient les produits et services à leur véritable valeur. De toute façon, quel que soit le prélèvement considéré, il est toujours au final, payé par l’individu. Les impôts sur les entreprises ne sont pas payés par l’entreprise, mais par le consommateur.

La conséquence de ce programme est la réhabilitation de la responsabilité. L’État ne se mêle plus de la vie privée des gens, la famille est la base de la société, la responsabilité sur les enfants est rendue aux parents. L’aide aux plus démunis et aux personnes en difficultés redevient de la responsabilité de chacun, ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être. Les secours publics ne s’adressent qu’aux accidentés de la vie qui ne peuvent trouver suffisamment d’aide de la part de leur entourage.

La libre circulation des personnes et des biens prend le pas sur « l’immigration », parce que la responsabilité personnelle de subvenir à ses besoins s’adresse à tous et remplace l’assistance automatique.

Dans ce schéma, la Nation se maintient dans ses fonctions régaliennes, garantit la sécurité, assure la justice et veille au respect des contrats.
Si toutes les forces du pays, toute l’attention de nos gouvernants étaient concentrées sur ces missions-là, nul doute qu’elles seraient bien mieux accomplies qu’aujourd’hui. Lorsque la sécurité intérieure n’est plus assurée, les atteintes aux biens et aux personnes se multiplient, les forces de police et de gendarmerie étant utilisées ailleurs. Lorsque la justice est lente et inefficace, elle s’épuise à poursuivre une multitude de pseudo-délits. Lorsque l’armée est sous-équipée, elle a de plus en plus de mal à assurer sa mission de défense du pays.

Ne nous faisons pas d’illusions. Il ne suffira pas d’exprimer ces vérités pour qu’elles se matérialisent. Déjà, en 1850, Frédéric Bastiat déplorait :
« La spoliation légale peut s’exercer d’une multitude infinie de manières ;
de là une multitude infinie de plans d’organisation : tarifs, protection, primes, subventions, encouragements, impôt progressif, instruction gratuite, Droit au travail, Droit au profit, Droit au salaire, Droit à l’assistance, Droit aux instruments de travail, gratuité du crédit, etc. Et c’est l’ensemble de tous ces plans, en ce qu’ils ont de commun, la spoliation légale, qui prend le nom de Socialisme. » (La Loi).

Aucun des candidats actuels à la présidence ne s’évade de ce socialisme. Raison de plus pour faire un battage maximum autour du projet proposé par les « 4 Vérités ». À défaut de faire jaillir un homme nouveau, peut-être pousserons-nous un des candidats actuels à mettre fin à la spoliation légale et à rétablir la loi dans son rôle…

Patrick de Casanove

Président du Cercle Frédéric Bastiat

Print Friendly

Autres articles:

Tags: ,

7 Commentaires »

  • Patrick de Casanove dit :

    La libre circulation des personnes est un Droit Naturel qui ne suppose rien du tout. Le monde n’est pas peuplé de libéraux bienveillants. Bastiat est très lucide à se sujet :
    « L’homme répugne à la Peine, à la Souffrance. Et cependant il est condamné par la nature à la Souffrance de la Privation, s’il ne prend pas la Peine du Travail. Il n’a donc que le choix entre ces deux maux.
    Comment faire pour les éviter tous deux? Il n’a jusqu’ici trouvé et ne trouvera jamais qu’un moyen: c’est de jouir du travail d’autrui; c’est de faire en sorte que la Peine et la Satisfaction n’incombent pas à chacun selon la proportion naturelle, mais que toute la peine soit pour les uns et toutes les satisfactions pour les autres. De là l’esclavage, de là encore la spoliation, quelque forme qu’elle prenne: guerres, impostures, violences, restrictions, fraudes, etc., abus monstrueux, mais conséquents avec la pensée qui leur a donné naissance. On doit haïr et combattre les oppresseurs, on ne peut pas dire qu’ils soient absurdes.
    L’esclavage s’en va, grâce au Ciel, et, d’un autre côté, cette disposition où nous sommes à défendre notre bien, fait que la Spoliation directe et naïve n’est pas facile. Une chose cependant est restée. C’est ce malheureux penchant primitif que portent en eux tous les hommes à faire deux parts du lot complexe de la vie, rejetant la Peine sur autrui et gardant la Satisfaction pour eux-mêmes. Reste à voir sous quelle forme nouvelle se manifeste cette triste tendance.» Frédéric Bastiat « L’Etat »
    Mais Bastiat ajoute :
    « Qu’est-ce donc que la Loi? Ainsi que je l’ai dit ailleurs, c’est l’organisation collective du Droit individuel de légitime défense.
    Chacun de nous tient certainement de la nature, de Dieu, le droit de défendre sa Personne, sa Liberté, sa Propriété, puisque ce sont les trois éléments constitutifs ou conservateurs de la Vie, éléments qui se complètent l’un par l’autre et ne se peuvent comprendre l’un sans l’autre. Car que sont nos Facultés, sinon un prolongement de notre Personnalité, et qu’est-ce que la Propriété si ce n’est un prolongement de nos Facultés?
    Si chaque homme a le droit de défendre, même par la force, sa Personne, sa Liberté, sa Propriété, plusieurs hommes ont le Droit de se concerter, de s’entendre, d’organiser une Force commune pour pourvoir régulièrement à cette défense. » Frédéric Bastiat « La Loi ».
    Le libéral s’interdit d’utiliser la contrainte envers son prochain. Sous réserve de réciprocité.
    Personne, jamais, ne doit attenter à la Personne (la vie), la Liberté, la Propriété (« Droit inviolable et sacré »). Mais il y a des gens qui y attentent sans vergogne. Donc si, quelqu’un enfreint ces Droits Naturels, tout Homme doit se dresser contre lui et utiliser, si nécessaire, la force pour se défendre et défendre autrui.
    Il peut le faire parce que lui même n‘est pas désarmé, au sens propre comme au sens figuré. Quant à l’Etat recentré sur ses fonctions régaliennes, il est efficace contre les malfaisants. La justice, la police, l’armée, les services secrets ont les moyens de cette efficacité.
    En clair si un totalitarisme quelconque, mou ou dur, athée ou religieux, s’avise de nous marcher sur les pieds il s’en prend une qui le laisse hors d’état de recommencer. A bon entendeur salut. (Ne soyez pas étonnés, ça aussi c’est du libéralisme !)
    En ce qui concerne la famille, qu’elle soit « polygame » ou « monogame » elle est toujours la base de la société. Cela dit si nos sociétés occidentales se sont développées comme elles l’ont fait ce n’est pas un hasard. Sans présenter ici tous les faits qui expliquent ce « miracle » ont constatera simplement que la Famille telle qu’elle est conçue dans l’Occident Chrétien en est un des piliers. C’est pour cela que l’Etat et les collectivistes la combattent.
    Patrick de Casanove
    Président du Cercle Frédéric Bastiat

  • Curmudgeon dit :

    Le passage sur “la libre circulation des personnes et des biens” et l’”immigration” est très allusif. Ne suppose-t-il pas que la France existe dans un monde idéal peuplé de libéraux bienveillants ? L’islam véhicule une conception un peu différente de celle des Quakers, par exemple.

    Et que signifie “la famille est la base de la société” ? Sauf erreur, la littérature ethnologique nous enseigne que la majorité des cultures ont été polygames, mais que, dans les faits, le plus souvent, seuls les puissants et les riches pouvaient entretenir plusieurs femmes, en sorte que, de fait, le modèle prédominant a été la famille basée sur une union monogamique plus ou moins stable. Cela suffit-il à constituer un élément de programme précis ?

  • Alf dit :

    Ajoutons

    La démocratie directe, au moins au niveau local (si ce n’est, constitutionnel).

    La création d’une forme juridique à responsabilité illimitée capable de concurrencer la SA et destinée à remplacer ultérieurement toutes les formes à responsabilité limitée.

    Le vote à la majorité qualifiée de tout emprunt Étatique ou loi de finance non équilibrée.

  • volna dit :

    Si l’on suit Gramsci , la bataille politique et la conquête du pouvoir politique sont gagné ou perdu culturellement avant que ne s’enclenche la période électorale officielle…Toujours si l’on se réfère à Gramsci , le programme électoral libéral n’a aucune chance car complètement anathémisé / diabolisé par la bonne gauche bien pensante et la presse qui la soutient …bref , il convient de faire connaître et admettre par le grand public et la ménagère de quarante ans le dit programme libéral …ce qui est compliqué car les libéraux n’ont pas de presse de grande distribution à leur service , contrairement aux étato keynésiens…

    Et pourtant le formidable échec du keynesianisme ou du néokeynesianisme avec son état providence fonctionnarisé et surendetté complètement à bout dce souffle pourrait laisser penser que la doctrine libérale est une alternative réelle …

  • G.L. dit :

    Le programme libéral est un oxymore.

    Il n’y a pas de programme libéral sauf à considérer que le respect des règles de droit naturel sont tout un programme.

  • aldebx dit :

    merci de voir les commentaires qui apparaissent sur fb, le partage que j’ai fait (Lumières et Liberté)
    Alain genestine prd de l’AFalternative-Liberale

    http://www.facebook.com/LumieresetLiberte/posts/225065250854853?notif_t=share_comment

Laisser un commentaire!

Ajouter votre commentaire ci-dessous, ou trackback à partir de votre propre site. Vous pouvez aussi Comments Feed via RSS.

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

Vous pouvez utiliser ces balises:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Il s'agit d'un Gravatar-enabled. Pour obtenir votre propre mondialement reconnu-avatar, s'il vous plaît vous inscrire à Gravatar.

UA-19954626-1