La présomption fatale, par Friedrich Hayek (1988)

La_presomption_fatale_les_erreurs_du_socialisme_par_hayekHayek (von), Friedrich. La présomption fatale : les erreurs du socialisme, trad. R. Audoin, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

Titre original : The Fatal Conceit. The Errors of Socialism, 1988.

La présomption fatale – Friedrich Hayek

La présomption fatale est consacrée principalement à des questions d’ordre éthique. En effet, Hayek croit que notre civilisation repose sur un système complexe de règles morales et de règles de conduite ayant évolué spontanément et fait l’objet de sélections naturelles. Ces règles, d’après lui, souvent détestées par les individus sont cependant indispensables à noter relatif bien-être et à notre survie. En revanche, d’après Hayek, les principes fondamentaux du socialisme reflètent un retour à la morale instinctive tribale et sont incapables de sous-tendre l’ordre ouvert d’une civilisation élevées.

Dans cet ouvrage, qui est aussi son dernier, Friedrich A Hayek examine et critique de façon fondamentale les idées centrales du socialisme. Il prouve que le socialisme s’est, depuis ses origines, trompé pour des raisons scientifiques, factuelles et même logiques et que les échecs répétés des différentes et nombreuses incarnations des idées socialistes que ce siècle a connues ont été le résultat direct de ces erreurs scientifiques. La présomption fatale a été en chantier pendant 10 ans. A presque quatre-vingt ans et après s’être battu durant toute sa vie contre le socialisme, Hayek a conçu ce livre comme un manifeste devant servir dans le débat public portant sur la question : ” le socialisme a-t-il été une erreur ? ” Le résultat est probablement son œuvre à la fois la plus accessible et la plus sujette à controverses depuis la publication de La route de la servitude en 1944.

En suivant les traditions morales spontanément générées qui sous-tendent l’ordre de marché concurrentiel (traditions qui ne satisfont pas les canons ou les normes de rationalités acceptées par la plupart des socialistes), nous pouvons générer et préserver plus de connaissance et de richesses que nous ne pourrions jamais en obtenir ou en utiliser dans une économie centralement dirigée dont les défenseurs disent pourtant procéder strictement en accord avec la raison.

Download (PDF, 5.01MB)

Autres articles:

10 Responses

  1. Vincent Jappi

    Encore une traduction à la Raoul Audouin…
    On ne peut pas avoir une version .doc ou .txt, pour travailler dessus ?

    Répondre
  2. Copeau

    Un ouvrage fondamental et indispensable. Voir en particulier le chapitre où Hayek expose dans un tableau les usages abusifs du mot “social”.

    Et puis je crois me souvenir (mais je peux me tromper, ma mémoire me fait souvent défaut !) que c’est dans ce bouquin qu’Hayek fait débuter le capitalisme de Çatal Höyük, l’une des plus anciennes et des plus fascinantes cités du monde !

    Répondre
  3. Charles

    Des logiciels permettent de convertir les PDF en Epub, du moins j’en utilise régulièrement pour mon iPad, comme Calibre il me semble!

    Répondre
    • Damien Theillier

      Oui mais le résultat est très médiocre et nécessite des heures de travail pour faire un epub propre avec table des matières dynamique. Mais c’est utile pour un usage perso.

      Répondre
Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.


*