Deux conceptions de la liberté. Par Isaiah Berlin (1969)

berlin, éloge de la libertéIn Éloge de la liberté, Calmann-Lévy, 1988 (épuisé). Titre original : Four essays on liberty (1969). Extrait à télécharger (voir plus bas).

Isaiah Berlin (1909—1997) est un philosophe et historien des idées d’origine russe. Après une enfance passée à Saint Petersbourg, devenue Petrograd, il a émigré avec ses parents en Angleterre, fuyant l’Union soviétique deux ans après la révolution bolchevique. Devenu citoyen Britannique, il a passé une grande partie de sa vie à Oxford ou il a été étudiant puis professeur. Il a fondé le Wolfson College à l’université d’Oxford et a été nommé président de la British Academy.

Couronné par de nombreux prix pour ses travaux d’historien des idées, il a laissé une œuvre considérable dont son ouvrage Éloge de la liberté. A signaler, il aussi donné une série de conférences à la BBC qui ont été retranscrites et traduites sous le titre français : La liberté et ses traîtres. Un excellent petit livre sur Helvetius, Rousseau, Fichte, Hegel, Saint Simon et de Maistre.

Dans Deux conceptions de la liberté, Berlin établit une dichotomie devenue classique, entre liberté négative et liberté positive. Si cette distinction n’est pas toujours satisfaisante, elle a le mérite de nous éclairer sur la différence qu’il y a entre la conception libérale et la conception non-libérale de la liberté. Cette distinction recoupe la distinction de Benjamin Constant entre liberté des Modernes et liberté des Anciens. S’appuyant sur Locke, Kant, Stuart Mill et Constant, pour s’opposer à Hegel et Marx, il élabore également une théorie de l’autonomie de l’individu, qui défend le pluralisme des fins et la responsabilité de chacun devant ses choix.

Voir sur le même sujet, une conférence de Damien Theillier donnée au Cercle Frédéric Bastiat en juillet 2013.

[gview file=”//www.institutcoppet.org/wp-content/uploads/2013/10/2-conceptions-de-la-liberté-Isaiah-Berlin.pdf”]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.