Œuvres de Turgot – 258 – Iconographie de Turgot

Œuvres de Turgot et documents le concernant, volume 5

retour à la table des matières


1781.

258. — ICONOGRAPHIE DE TURGOT

Il a été fait quatre portraits de Turgot : deux gravures, un médaillon, un pastel, et un buste en marbre par Houdon.

La première gravure est due au burin de Cochin ; la seconde, au burin de Capitaine ; le médaillon est dû au céramiste De Troy.

On a cité un portrait à l’huile par Drouais, ce portrait n’a été trouvé nulle part[1].

Voici les principales reproductions des originaux ci-dessus :

I. Gravures d’après Cochin.

1° Un buste vu de profil, tourné à gauche dans un médaillon rond, in-4°, avec l’inscription :

« A. R. J. Turgot, Intendant de Limoges.

Cochin fils, del. 1763. — C. H. Watelet, 1763. »

Il y a eu un tirage avec l’inscription :

« A. R. J. Turgot, ministre d’État et contrôleur général. »

2° À mi-corps, vu de profil, tourné à droite dans un médaillon in-8° avec les armes de Turgot et l’inscription :

« A. R. J. Turgot, contrôleur général des finances.

« Il aime à faire des heureux.

« Du sort la faveur le seconde

« Il ne doit plus former de vœux,

« Il fait le bien de tout le monde. »

M. DE REGNARD.

Cochin, del. ; Dupin, sculp.

Pour la vie de Turgot, par Condorcet : un buste, vu de profil tourné à gauche avec l’inscription :

« A. R. J. Turgot, contrôleur général des finances, né à Paris le 10 mai 1727, mort le 18 mars 1781. »

II. Gravures d’après Capitaine.

1° Un buste vu de profil, dans un médaillon rond, in-4, avec l’inscription :

« Capitaine I. G.[2] 1773.

« Ces traits que révère la France… (voir tome V, p. 140.)

Autre tirage avec l’inscription :

« A. R. J. Turgot, ministre d’État, contrôleur général des finances.

« Son œil sévère fit trembler

« Les vampires de la Finance ;

« Contre lui vainement on osa cabaler ;

« Toujours il fut cher à la France,

« Toujours il eut la confiance,

« L’estime et l’amitié du plus sage des Roys ;

« Et la France lui doit des lois

« Qui la feront jouir de sa propre abondance. »

Autre tirage avec l’inscription :

« A. R. J. Turgot, etc. Capitaine, ing. géographe 1775.

« Ses talents, son courage et sa raison profonde… » (voir tome V, p. 139.)

Autre tirage :

Dans un médaillon rond encadré par un fond tailladé et l’inscription :

« R. J. Turgot, ministre d’État et contrôleur général des finances.

Capitaine fils, ing. géographe, sculp. »

III. D’après Troy, céramiste :

1° Biscuit en porcelaine de Limoges, médaillon avec l’inscription :

« A. R. J. Turgot, ministre d’État. Contrôl. Génér. »

Il existe un autre médaillon en porcelaine de Limoges dont le dessin diffère assez sensiblement du dessin de Troy.

2° Gravure un buste, vu de profil, tourné à droite, in-8, avec l’inscription :

« A. R. J. Turgot, Contrôleur général de finances.

« Il aime à faire des heureux, etc. »

Gravé par Lebeau, d’après l’original fait par Troy, 1774.

Le même, avec l’inscription :

« A. R. J. Turgot, contrôleur général des finances, né à Paris, le 10 mai 1727, mort le 18 mars 1781. »

IV. D’après Ducreux :

Le pastel original, qui paraît dater de 1774, est au château de Lantheuil.

Gravure pour l’édition des Œuvres de Turgot par Du Pont de Nemours, in-8°, avec l’inscription :

« Ducreux, P. T. — Tardieux D. T. »

Une héliogravure tirée pour le volume Turgot, par Léon Say.

V. Buste de Houdon.

Ce buste est signé et daté de 1778 ; il figura au Salon de 1777, avec un grand nombre d’autres œuvres de Houdon. Il est au château de Lantheuil.

D’après ce buste :

1° Une statue en pied de Turgot par Legendre-Héral existe au palais du Luxembourg. Pour le visage, l’auteur s’est inspiré du buste de Houdon.

2° Une gravure de la tête de cette statue a été faite par Massard pour le Dictionnaire d’économie politique, de Guillaumin et Coquelin.

VI. Parmi les autres œuvres consacrées à la mémoire de Turgot, il faut citer la statue en pied qui a été placée sur la façade de l’Hôtel de Ville de Paris et qui est une composition fantaisiste d’Oliva ;

le tableau de J. P. Laurence qui a été placé dans une salle du même Hôtel de Ville et qui est une composition non moins fantaisiste ;

le monument élevé à la mémoire de Turgot dans la cour de l’hôpital Laënnec (sculpteur, Maurice Favre ; architecte Brachet). Ce monument a été élevé par souscription à laquelle ont pris part le colonel Henri Du Pont de Nemours, la Ville de Paris, la Société d’économie politique, etc. Une stèle porte la reproduction en bronze du buste de Houdon.

VII. Un médaillon en cire, auteur inconnu, est au musée de la manufacture de Sèvres ; il est placé de telle sorte qu’il est impossible de le voir en détail.

Plusieurs médailles reproduisent plus ou moins exactement les traits de Turgot :

L’une, avec le portrait de Robert Peel, a été faite pour le Congrès international des réformes douanières, Bruxelles 1856.

Une par Ponscarme, avec le portrait d’Adam Smith, a été fait pour la Société d’économie politique de Paris.

Une autre, par Ribron, en 1908.

On peut citer encore une gravure en buste, vu de profil tourné à droite, d’après Brion(?), pour un Atlas portatif de la France, 1776.

————

[1] Cette attribution a été faite sur une gravure exécutée pour l’exposition de 1844 par Delaruelle.

[2] Ingénieur géographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.