article placeholder

Comprendre le Tea Party

Ancré sociologiquement dans la classe moyenne, le Tea Party jouera sans nul doute un rôle déterminant dans la campagne électorale de 2012 et continuera d’influer sur les orientations du Parti républicain, dans un pays où 56 % des électeurs se définissent eux-mêmes comme conservateurs.
article placeholder

L’avènement de l’ère de la liberté, David Boaz (traduction)

Les principes simples et éternels de la Révolution Américaine - liberté individuelle, gouvernement restreint et marchés libres - acquièrent aujourd'hui une puissance, dans notre univers de communication instantanée, de mondialisation des marchés et d'accès plus ouvert que jamais à l'information, que Jefferson ni Madison n'auraient pu imaginer.
article placeholder

Atlas Shrugged Partie I, le film

Ce film va égayer la journée, peut-être même la semaine, de nombreuses personnes qui vont le voir et pourrait inspirer à beaucoup l’idée d’étudier la pensée d’Ayn Rand. Je l’ai fait et je ne le regrette pas un instant !
article placeholder

“Peut-on être à la fois libéral et conservateur ?” – Jeudi 7 avril, avec Alain Laurent

Après le moment « neo-cons » des années 2001-2007, celui des « libéraux conservateurs » dont on parle tant ces temps-ci serait-il venu ? Déjà un peu par surprise déflorée lors du récent et bouillonnant séminaire sur le « libéralisme de gauche », la question « Peut-on être à la fois libéral et conservateur ? » sera abordée à l’occasion du prochain
article placeholder

Thomas Sowell, La loi de Say (1972)

Les produits s'échangent contre des produits. « Plus les producteurs sont nombreux et les productions multiples, plus les débouchés sont faciles, variés et vastes. » La loi de Say, ainsi formulée, cache bien son jeu. Sous des dehors anodins, elle constitue peut-être la découverte théorique majeure en économie depuis deux siècles.
article placeholder

Conférence du Club Libéral de Sciences Po, le 6 avril

“La France se retrouve aujourd’hui dans un engrenage pernicieux. Les différentes manifestations de la défiance envers le marché, la société civile et l’État ont en effet partie liée. Le déficit de confiance mutuel nourrit la nécessité de l’intervention de l’État. Mais en réglementant et en légiférant de façon hiérarchique, l’État opacifie les relations entre les citoyens. En court-circuitant la société civile, il entrave le dialogue social et détruit la confiance mutuelle.”
article placeholder

Mises, L’Action humaine (1949)

L’Action humaine est à la fois un ouvrage militant par sa défense passionnée d’une conception réaliste de la science économique et de la liberté individuelle, un ouvrage didactique qui s’adresse à tous et non seulement aux économistes spécialisés, et néanmoins un ouvrage savant qui pousse la réflexion jusqu’à ses lointaines conséquences. Mises y synthétise et prolonge ses travaux antérieurs, pour en faire une véritable somme économique.