L’économie politique fournit-elle des lumières aux peuples pour la délimitation des circonscriptions nationales ?

En décembre 1865, la Société d’économie politique discute sur la question des nationalités et des frontières. Que trouvent à dire les économistes aux annexions de territoire, aux sécessions, et aux guerres ? Pour de nombreux orateurs, ce jour là, ces questions relèvent de la politique plutôt que de l’économie. Mais selon Joseph Garnier et quelques autres, la science économique porte avec elle la condamnation des luttes nationales, du militarisme et de la colonisation, car elle plaide pour la liberté et repousse la contrainte.

De l’incapacité des étrangers de remplir aucune fonction publique

En 1833, la mort de Jean-Baptiste Say laissant vacante sa chaire d’économie politique au Collège de France, plusieurs prétendants sont envisagés. En premier lieu vient son propre gendre, Charles Comte, aux positions radicales. Il fait face à la concurrence d’un étranger, Pellegrino Rossi, aux idées plus consensuelles. — Dans la courte brochure rééditée ici pour la première fois, C. Comte démontre qu’un étranger ne saurait remplir aucune fonction publique, et que cette exclusion se fonde sur des raisons évidentes et très nombreuses. Cette curieuse profession de foi, dictée par un intérêt de carrière, témoigne aussi de la désunion qui règne alors dans le camp du libéralisme français.