Les sophismes internationaux sur les nations, les nationalités et la guerre

Dans cette étude, Joseph Garnier, marqué par les désastres de la récente guerre franco-prussienne de 1870, analyse la question des nations et des nationalités, dont l’appréciation passionnée et sophistique cause la guerre, l’accroissement des armements et les ambitions sans cesse renouvelées de conquêtes. Contre ces dangers, une politique résolue de non-intervention, de respect des frontières existantes, et d’attention aux intérêts supérieurs des peuples, dont la guerre détruit toujours les membres et les moyens d’existence, peut seule être appelée raisonnable. Plus que jamais, soutient-il, elle s’impose, et plus que jamais elle est praticable.

Notice sur Eugène Daire

Eugène Daire est resté célèbre pour ses grandes rééditions des économistes du XVIIIe siècle, notamment les Physiocrates, Vauban, et Boisguilbert. Cet homme passionné, qui découvrit l’économie politique assez tard, s’était voué tout entier à ses idées, dans des conditions matérielles difficiles. Il donna l’exemple d’un homme sans propriété, défendant jusqu’à son dernier souffle l’immunité absolue de la propriété.
article placeholder

Ouvrages de M. P.-J. Proudhon

Ouvrages de M.P.-J. Proudhon. I. Qu’est-ce que la propriété ? Lettre à M. Blanqui sur la propriété III. Avertissement aux propriétaires. IV. De la création de l’ordre dans l’humanité, ou Principes d’organisation politique. Compte-rendu par Joseph Garnier (Journal des économistes, octobre 1843).