L’amélioration des logements d’ouvriers dans ses rapports avec l’esprit de famille

Suite au concours organisé en 1889 par l’Académie des sciences morales et politiques sur la question des logements ouvriers, Henri Baudrillart présente dans son rapport les conclusions de la section de morale, appelée à distribuer le prix. Il les fait précéder d’une longue analyse de cette question, où il s’attache à délimiter les bornes réduites de l’action étatique et à rappeler la supériorité générale des procédés fondés sur l’initiative individuelle, la propriété et la liberté.

La question des logements insalubres

Dans cet article retrouvé dans la presse parisienne, Gustave de Molinari commente un récent projet de loi sur les logements insalubres. Il regrette que le législateur n’ait pas vu que l’on ne se loge pas dans un lieu insalubre par goût, mais par l’état du marché : que c’est par conséquent de concurrence et de liberté, plus que de restrictions, que la construction a besoin. Enfin, il appelle à une baisse de la fiscalité qui, sur les produits courants, aurait pour effet de libérer une part du budget des plus pauvres.