Les migrations et les échanges internationaux sous un régime socialiste

Ludwig von Mises

Ludwig von Mises

Dans son livre sur Le Socialisme (1922), Ludwig von Mises a étudié avec quelques détails la question de l’immigration et des frontières, établissant les cas successivement des sociétés socialistes et des sociétés capitalistes ou libérales. Il montre que, si le libéralisme s’accommode très bien de la circulation des biens et des personnes dans un monde sans frontières formelles, le socialisme, en revanche, trouve dans ces problématiques de réelles difficultés.   B.M.


Section II – La communauté socialiste et les échanges extérieurs

Chapitre premier – Socialisme mondial et socialisme national

1. Étendue dans l’espace de la communauté socialiste

La caractéristique de l’ancien socialisme est de prôner le retour à la production très simple d’autrefois. Son idéal est le village autarcique, ou tout au plus le district autarcique : une ville avec quelques villages groupés autour d’elle. Pour les champions de ce socialisme ancien, commerce et relations commerciales sont plutôt antipathiques ; à plus forte raison le commerce extérieur leur apparaît-il comme quelque chose de nuisible et qu’il faut supprimer. Le commerce extérieur, disent-ils, apporte dans le pays des marchandises inutiles, dont on pouvait se passer autrefois. Il est donc prouvé qu’on n’en a pas besoin ; c’est seulement la facilité qu’on eut de se les procurer qui provoqua cette dépense inutile. Ce commerce extérieur pervertit les mœurs et traîne avec lui des usages et des conceptions étrangers. Le cynique et stoïque principe vital de l’autarcie est interprété de bonne heure par les utopistes comme signifiant : se suffire à soi-même économiquement. Plutarque vante la Sparte de Lycurgue, idéalisée de manière romanesque, quand il écrit qu’aucun vaisseau chargé de biens marchands n’entrait dans ses ports[1].

Attachés à cet idéal de l’autarcie économique et méconnaissant le caractère du commerce et des relations commerciales, les utopistes perdent de vue le problème de l’étendue de leur État idéal. Que les frontières de leur pays fabuleux soient vastes ou restreintes ne joue aucun rôle dans leurs raisonnements. Le plus petit village offre assez de place pour la réalisation de leurs plans. C’est ainsi que l’idée se fait jour de réaliser à titre d’essai l’utopie sur une petite échelle. Owens fonde New-Harmony à Indiana, Cabet au Texas une petite Icarie, Considérant également au Texas un phalanstère modèle, « réduction lilliputienne de la nouvelle Jérusalem », comme il est dit avec mépris dans le Manifeste Communiste.

Peu à peu les socialistes s’aperçurent que l’on ne pouvait prendre comme principe du socialisme l’autarcie d’un espace restreint. Thompson, un élève d’Owens, fait remarquer que l’égalité entre membres d’une commune ne prouve pas que l’on pourrait mener à bien l’égalité entre membres de différentes communes. Aussi, suite logique de cette observation, son idéal revêt la forme d’un socialisme centralisateur. Saint-Simon et son école étaient nettement centralistes[2]. Pecqueur disait de ses plans de réformes qu’ils étaient nationaux et universels[3].

Ainsi se pose au socialisme un problème particulier. Peut-il y avoir sur cette terre un socialisme limité dans l’espace, ou bien toute la terre habitée doit-elle former une communauté socialiste homogène ?

2. Le problème des frontières physiques de la communauté socialiste et le marxisme

Pour le marxisme il ne peut y avoir qu’une solution de ce problème : la solution œcuménique.

Le marxisme part de ce principe que déjà le capitalisme, par une nécessité interne, a imposé sa marque au monde entier. Le capitalisme n’est pas limité à un peuple ou à quelques peuples. Il est au-dessus des nations, il est cosmopolite. « À la place de l’ancienne simplicité de besoins, à la place de l’isolement local et national, des relations commerciales se sont établies de toute part, rendant toutes les nations dépendantes les unes des autres. » Avec les bas prix de ses marchandises – son arme la plus puissante – la bourgeoisie contraint toutes les nations à adopter la manière de produire de la bourgeoisie, si elles ne veulent pas courir à leur ruine. « La bourgeoisie force les nations à introduire chez elles la soi-disant civilisation, c’est-à-dire à s’embourgeoiser. En un mot elle se crée un monde à son image. » Et cela est valable non seulement pour la production matérielle, mais aussi pour la production intellectuelle. « Les produits intellectuels des diverses nations deviennent un bien commun à toutes. La partialité et la mesquinerie nationales deviennent de jour en jour plus impossibles, et les nombreuses littératures locales et nationales finissent par former une littérature mondiale[4] ».

Il s’ensuit, d’après la conception matérialiste de l’histoire, que le socialisme lui aussi n’est pas un phénomène national, mais international. Il représente une phrase historique de toute l’humanité et non pas d’un seul peuple. La question de savoir si telle ou telle nation est déjà « mûre » pour le socialisme n’a même pas besoin, d’après le marxisme, d’être posée. Le capitalisme rend le monde entier mûr pour le socialisme et non pas seulement un pays isolé, ou même une industrie isolée. Les expropriateurs, dont l’expropriation marquera un jour le dernier pas vers la réalisation du socialisme, l’on ne peut se les représenter autrement que comme de grands capitalistes, dont les capita