Le Code civil et la question ouvrière

En 1886, une discussion s’engage à l’Académie des sciences morales et politiques sur le contrat de travail et la législation qui l’encadre. Pour Paul Leroy-Beaulieu, l’un des intervenants, la loi n’a plus grand’chose à faire dans la question : à part la question spéciale des femmes, dont la liberté du travail est incomplète, et qui ne jouissent pas comme elles devraient de la libre disposition du salaire, le législateur aurait tort d’intervenir dans les rapports entre employés et employeurs. Même pour le cas des accidents du travail, alors largement débattu, on devrait recourir d’abord à l’assurance libre, et ne pas postuler d’emblée qu’une loi générale est nécessaire.

La politique douanière des États-Unis et la viticulture française

En 1894, après avoir jadis été un modèle et un exemple de protectionnisme, les États-Unis se préparent, sous la présidence Cleveland, à renouer avec une politique de libre-échange comme en Angleterre. Pour Léon Say, c’est l’occasion pour la France de suivre le mouvement. Il fait aussi mention de la question particulière des vins, dont les producteurs français espèrent un dégrèvement aux États-Unis, suivant la nouvelle politique américaine.

De la meilleure manière de délibérer et de voter dans une grande assemblée

Lorsque la première agitation révolutionnaire eût débouché sur l’organisation d’une assemblée nationale, les hommes qui avaient défendu la liberté dans l’abstraction et les théories étaient forcés de prendre un tour pratique et de faire œuvre désormais de législateurs. Dupont de Nemours y participa par ses propositions, comme celle-ci, toute technique, mais de grande conséquence, sur la manière de délibérer et voter. Car il est conscient qu’un système de discussion défectueux, où ceux qui n’ont rien à dire sont tout de même sommés de prendre la parole à tour de rôle sur chaque sujet, ou même une organisation maladroite de l’espace, comme une assemblée où certains ne peuvent être vus ou entendus, auraient des conséquences les plus graves.

Les riches selon l’Évangile

Dans le sein de la tradition libérale français, Yves Guyot fait partie de la minorité anti-religieuse. Lui qui considérait que la France ne serait vraiment libre que lorsqu’elle aurait été déchristianisée, il ne voyait dans la religion qu’un allié du pouvoir et des théories de compression de l’individu. Loin d’être un remède contre les théories du socialisme, explique-t-il encore ici, l’Évangile et les pères de l’Église fournissent des armes au socialisme et au communisme, et notamment en flétrissant la richesse et l’enrichissement même honnête.

L’instruction des femmes. L’État et l’initiative privée.

Dans ce court article donné au Journal des économistes (août 1885), Frédéric Passy rappelle rapidement quelques-unes des réalisations de l’initiative individuelle qui, plus souple, plus intelligente que l’action de l’État, a déjà accomplies pour la grande cause du développement de l’instruction pour les femmes, auquel personnellement il est aussi voué.

Le monopole de l’alcool 

Depuis la fin du XIXe siècle, le monopole de l’État sur la production et la distribution de l’alcool est imaginé par quelques esprits chimériques comme une panacée pour augmenter sans douleur le budget de l’État. Dans cet article publié en 1903, Yves Guyot pourchasse les sophismes et les déceptions de ces projets, sans cesse remis devant l’Assemblée nationale, et offre la réfutation des faits aux socialistes qui les portent.

L’initiative individuelle et les accidents du travail, par Léon Say

En 1894, les congrès spécialisés et les discussions dans les assemblées politiques se multiplient pour traiter la question des accidents du travail. Léon Say explique dans cette conférence que les réformes introduites en Allemagne, au lieu d’apaiser les rapports entre ouvriers et patrons, n’ont fait au contraire qu’envenimer la situation. Pour lui, il ne fait aucun doute que la solution étatiste est à rejeter. « Moi, dit-il, je me cantonne sur le terrain de la liberté : liberté du travail, liberté commerciale ».

De la propriété littéraire et de la contrefaçon belge

Dans cet article publié en 1852, Gustave de Molinari poursuit sa campagne en faveur de la propriété littéraire, engagée plusieurs années auparavant. Pour lui, la propriété d’un auteur ou d’un artiste sur son œuvre est une véritable propriété, que la loi doit garantir contre les copies faites à son insu. Il plaide donc pour la fin de la contrefaçon internationale mais aussi pour la suppression des bornes fixées en nombre d’années après la mort d’un auteur, pour que la propriété littéraire devienne ce qu’elle doit être dans une société évoluée : une propriété pleine et entière, respectée et protégée.

Opinion d’Hippolyte Passy sur l’ivrognerie

Les libéraux français se sont surtout préoccupés de la question de l’alcool du point de vue de l’ivrognerie, et pour combattre ce qu’ils appelaient un fléau. À l’Académie des sciences morales et politiques, Hippolyte Passy donne brièvement la mesure de son soutien à cette lutte morale, intellectuelle et matérielle (par l’intermédiaire d’associations) contre l’ivrognerie, qui fait, dit-il, des ravages immenses en France.

Laissons Faire, n°47, juillet 2022

Au programme de ce nouveau numéro : Morellet, Sieyès, Baudeau, Raynal, Saint-Pierre, etc. : pourquoi tant d’abbés défenseurs du libéralisme au XVIIIe siècle ?, par Benoît Malbranque. — Contrebande (article du Dictionnaire du commerce et des marchandises), par Adolphe Blanqui (1837). — De la liberté des professions médicales (Société d’économie politique, réunion du 5 avril 1884.) — Le problème des Noirs aux États-Unis, par Gustave de Molinari (1897). — Recension critique : Zéphyr Tilliette, D’Alciacus à Auchy-lès-Hesdin, plus d’un millénaire de présence monastique. Les deux siècles de la filature de coton créée par Jean-Baptiste Say. Édité par l’auteur et imprimé à Abbeville en 2021. 348 pages.

Les devoirs de la Chambre nouvelle et la politique coloniale

En octobre 1885, les élections législatives font basculer la majorité politique du pays et envoient à l’Assemblée des députés qui s’engagent à ne plus poursuivre les errements récents de la politique coloniale française. Pour Paul Leroy-Beaulieu, les atermoiements du passé sont en effet à condamner, et une nouvelle voie, plus cohérente et plus ferme, est à suivre : mais le bienfondé de la colonisation de saurait être renié, dit-il. Abandonner désormais le Tonkin, Madagascar, ou nos autres possessions en Afrique, ce serait se couvrir de honte sur la scène du monde, livrer nos nationaux et nos commerçants à toutes les injures possibles, et laisser d’autres nations s’emparer des dépouilles que nous laisserions. — Ce texte, d’un colonialisme fervent, offre un contraste saisissant avec le discours de Frédéric Passy contre la colonisation au Tonkin, prononcé quelques semaines plus tard. Telles étaient les frictions du libéralisme d’alors.

Lettre sur l’individualisme

Yves Guyot, Lettre sur l’individualisme (à un anonyme — 29 mai (1902 ?) — Peut-être à Henry-Léon Follin, propriétaire et gérant de l’Individualiste à partir du 1er février 1902. « Tous les progrès matériels, scientifiques, politiques, sociaux, sont venus non des pouvoirs publics, mais des individus ; ce n’est point l’État qui a inventé la machine à vapeur ou l’application de l’électricité aux besoins humains. Toutes les grandes découvertes proviennent d’hommes qui se sont fait eux-mêmes ; les idées qui ont transformé la direction politique ou sociale des peuples ont commencé par être proscrites ; on pourrait dire, de la plupart de celles qui sont aujourd’hui devenues lieux communs, qu’elles se sont heurtées au misonéisme officiel.  L’histoire du progrès est l’histoire d’individus, presque toujours en opposition avec l’état social dans lequel ils vivaient. » 

Questions de statistique à l’usage des voyageurs, par Volney

Bien avant la mode des voyages d’agrément, plusieurs authentiques libéraux ont été des voyageurs éclairés. Quoique l’histoire d’un pays livre parfois à la postérité une image dans laquelle bientôt il ne se reconnaît plus, les aperçus sur les nations qu’ils ont visitées peuvent encore servir à notre instruction. Mais si Tocqueville ou Volney furent des voyageurs attentifs, ils le doivent à une méthode d’inspection très méticuleuse, dont on a trace, pour le premier, par la correspondance et le carnet de voyage, et dans le cas du second, par le texte publié ici, qui donne le plan de questions que le voyageur doit avoir à l’esprit s’il souhaite acquérir une compréhension rigoureuse du pays qui l’accueille.

Rapport sur le concours relatif à la réforme de la législation sur la condition des étrangers, par Anselme Batbie

En 1885, la question de l’immigration n’est pas encore née en France. À l’Académie des sciences morales et politiques, Anselme Batbie — qui s’intéresse à ce sujet et qui participera bientôt à l’édification de la première grande législation sur les étrangers en France — est nommé rapporteur pour un concours organisé sur ce thème. Le concours lui-même fut peu fructueux : un seul mémoire fut reçu ; il fut jugé satisfaisant ; on lui donna le prix. Mais dans son rapport, Batbie illustre la vision positive que le libéralisme français conserve alors sur la question de l’immigration. Pour lui, l’immigration est une ressource qui ne doit pas être redoutée, et les lois qui l’encadrent doivent être accommodantes.

Rapport sur le concours relatif à l’utilité du repos hebdomadaire

En 1874, Henri Baudrillart rend compte pour la section de morale de l’Académie des sciences morales et politiques du résultat d’un concours organisé sur le thème du repos hebdomadaire. Très religieux, Baudrillart n’accepte pas les prétentions de l’un des mémoires, qui appelle de ses vœux une société où la religion aura laissé la place à la religion. Le prix sera partagé par deux mémoires qui ont correctement analysé la question, dit Baudrillart, c’est-à-dire qui reconnaissent le besoin du repos hebdomadaire le dimanche, mais qui ne demandent pas à la loi et au pouvoir politique le soutien premier de cette habitude morale. 

Le régime civilisateur de l’Indo-Chine

Partisan de la colonisation dans sa jeunesse, Gustave de Molinari est resté toute sa vie intéressé par ce qui était présenté comme l’introduction de la civilisation chez les peuples arriérés. Sceptique d’emblée à l’idée d’une colonisation par l’État, il a vu, au long de sa longue carrière, les effets désastreux du colonialisme, comme ici en Indochine (Vietnam), où les impôts et les fonctionnaires foisonnent, livrant ce pays conquis à un véritable pillage.

Rapport sur “Les conséquences de l’antisémitisme en Russie”

Préfacé par Gustave de Molinari, l’ouvrage de Chmerkine sur les conséquences de l’antisémitisme en Russie (1897) est présenté la même année à l’Académie des sciences morales et politiques par Frédéric Passy. Celui-ci salue la consciencieuse enquête dressée sur les conséquences économiques des pogroms, généralement moins étudiées, et souligne que ce cas montre une nouvelle fois que les mesures arbitraires et compressives appauvrissent même ceux qui les prennent.

Discussion sur l’organisation du travail et sur la limitation du travail des enfants

En 1845, une discussion s’engage à l’Académie des sciences morales et politiques sur les conceptions socialistes d’organisation du travail : ce thème, qui bifurque ensuite sur la question de la limitation du travail des enfants, est traité par Adolphe Blanqui, Hippolyte Passy, Charles Dunoyer, Gustave de Beaumont et quelques autres. Si une unanimité facile est obtenue contre les doctrines socialistes d’organisation du travail, la question du travail des enfants est un peu plus disputée. Pour la presque entièreté des intervenants, l’intervention de la loi est légitime pour protéger l’enfance. Mais comme à son habitude, Charles Dunoyer adopte une position contraire, ferme et radicale (et on sait que son intransigeance habituelle agaçait Tocqueville et Beaumont, qui étaient en froid avec lui). Pour lui la loi doit réprimer les sévices, les violences et les brutalités faites aux enfants, mais non pas empêcher arbitrairement leur travail ou le réglementer d’une manière uniforme.

L’homme aux quarante écus et les physiocrates, par Anselme Batbie

Dans cette conférence donnée en 1864, Anselme Batbie examine l’origine et les mérites du livre que Voltaire consacra aux questions fiscales et économiques sous le titre de L’homme aux quarante écus (1768). Il retrace d’abord les progrès de la science économique au XVIIIe siècle sous l’impulsion des physiocrates et explique leur conception de l’impôt unique. Enfin Batbie étudie la valeur de la critique que Voltaire a spirituellement adressée dans son livre aux physiocrates et à ce principe fiscal plus tard renié par la science.