La révolution dans tous les sens

Alphonse de Lamartine a été pour Gustave de Molinari un modèle de jeunesse, très vite embrassant, et avec lequel il a dû rompre, dans sa conversion progressive aux principes du libéralisme. Au-delà, c'est un personnage important pour l'économie politique libérale française du XIXe siècle. Un récent ouvrage collectif sur la révolution de 1848 nous permet de faire le point sur son action dans des temps agités.

Laissons Faire, n°35, septembre 2019

Au programme de ce nouveau numéro : La correspondance inédite de Gilbert Guillaumin avec P.-J. Proudhon. — Alphonse de Lamartine, ami ou ennemi des libre-échangistes français ? (Dossier) — Le libéralisme et l’enseignement de l’économie en France : le cas Joseph Garnier (1847), d’après des documents inédits. — Et enfin la recension critique sur Lamartine et la révolution de 1848.

Correspondance inédite entre Gilbert Guillaumin et P.-J. Proudhon

« Dans la lutte qui se prépare entre le socialisme et l’économie politique, la neutralité ne m’est pas permise ; mon commerce d’édition est acquis à mes amis. C’est peut-être un tort commercialement parlant, mais il m’est impossible de ne pas subir l’influence de mes idées et de mes opinions, quelques bornées qu’elles soient. C’est autant pour moi une affaire de sympathie qu’une affaire de commerce. »

La fausse réfutation des bienfaits du libre-échange par Galiani

Au milieu de la controverse qu’il agita avec ses Dialogues (1770), Ferdinando Galiani chercha à tourner en ridicule les arguments physiocratiques en faveur du libre-échange dans un texte intitulé La liberté des bagarres. Il ne livrait là toutefois qu’une nouvelle mauvaise plaisanterie, où il assimilait l’échange à un vol, la concurrence à la guerre, et mille autres sophismes étriqués qu’il aurait été impossible de soutenir sérieusement.

L’enseignement de l’économie politique libérale juste avant 1848, d’après des documents inédits 

À l'aube de la Révolution de février 1848, les partisans du libéralisme économique voient s'ouvrir quelques belles perspectives pour enseigner leurs principes. Ils sont toutefois contraints de composer avec des corps académiques privés ou publics particulièrement méfiants face à l'audace de leur laissez-faire, laissez passer.

Laissons Faire, n°34, juin 2019

L'Institut Coppet publie dans ce numéro de sa revue un nouvel extrait du brouillon des Œuvres complètes de Molinari, volume I, avec une notice et des notes explicatives. Cet extrait, couvrant 50 pages, est consacré à l'éloge que fit le jeune Molinari d'Alphonse de Lamartine, que B. Malbranque appelle « un encombrant modèle ».

Laissons Faire, n°33, mai 2019

Au sommaire de ce nouveau numéro : une traduction inédite d'un texte de Ludwig von Mises sur la liberté et la propriété ; la modestie du laissez-faire ; Benjamin Constant économiste ; ainsi qu'un dossier complet consacré à l'opposition entre Proudhon et Molinari à l'aube de la Révolution de 1848.

Laissons Faire, n°32, avril 2019

Dans ce numéro spécial de la revue Laissons Faire, l'Institut Coppet vous offre un large extrait du brouillon du premier volume des Œuvres de Molinari en préparation. Sont compilés ici, avec une importante notice et un appareil de notes, les articles du jeune Molinari (1847) sur la crise irlandaise et l'Angleterre. Le numéro se clôt sur la critique du film Black '47, consacré à la crise irlandaise, et sorti à l'automne dernier.

Laissons Faire, n°31, mars 2019

Nouveau numéro de notre revue Laissons Faire. Au programme : étude inédite sur l’œuvre Paul Leroy-Beaulieu ; la critique de l'ère industrielle corrigée par Charles Dunoyer ; quelques informations complémentaires sur Louis-Paul Abeille ; et enfin la recension critique d'un ouvrage libéral récent.

Laissons Faire, n°30, février 2019

Nouveau numéro de notre revue Laissons Faire. Au programme : Molinari et la douane belge ; les Physiocrates et l’impossibilité du dirigisme ; Mises et le calcul économique en régime socialiste ; une critique de Marx par Ernest Martineau ; et enfin la religion, point de tension du libéralisme français.

Laissons Faire, n°29, janvier 2019

Nouveau numéro de notre revue Laissons Faire. Au programme : L’échec de l’État en matière de criminalité, par G. de Molinari ; Les contradictions du boulangisme, par Yves Guyot ; Molinari et la religion ; Les Physiocrates, défenseurs du libéralisme ; et enfin Edgard Depitre, historien du libéralisme, mort au combat durant la Grande Guerre.

#TeamPhysiocrates

Dans le monde universitaire, les spécialistes actuels de la Physiocratie sont des adversaires du libéralisme. Un livre collectif récent regroupe les contributions de plusieurs d’entre eux sur les anti-physiocrates, auteurs qui aident, disent-ils, à remettre en question les lois naturelles de l’économie et à lutter contre le néolibéralisme, l’ennemi ultime.

Laissons Faire, n°28, décembre 2018

Au sommaire de Laissons Faire ce mois-ci : Deux économistes proscrits au siècle de Louis XIV : Boisguilbert et Vauban ; Le tunnel sous la Manche, enfant de la Société d’économie politique ; Mises et les fondements libéraux de la paix ; les conseils aux apprentis entrepreneurs par Jean-Baptiste Say ; Yves Guyot sur la violence syndicale et l'inertie des autorités, et enfin la recension d'une biographie sur Jules Simon.