Front uni pour le vrai libre-échange

En Yves Guyot, Ernest Martineau croit reconnaître un disciple, comme lui, de Frédéric Bastiat, qui s’efforce de défendre le libre-échange sur le fondement le plus solide, c’est-à-dire celui du principe du droit à échanger, suite du droit de propriété. Jeune provincial de 34 ans, il offre ses services à Guyot, qui occupe déjà une place de choix dans le journalisme, afin de vulgariser à ses côtés les principes de l’économie politique.

Les faux amis du libre-échange

Dans cette lettre adressée à Yves Guyot, Ernest Martineau, disciple de Bastiat, souligne la présence de deux écoles dans la défense de la liberté du commerce : une voie modérée, qui privilégie les traités de commerce et les négociations ; et une voie radicale, à laquelle il se rallie, fondée sur les principes et sur la science, et qui ne transigeant pas, ne place rien d’autre sur son drapeau que le principe fondamental du droit à échanger.  
article placeholder

Le programme du socialisme et ses contradictions

Dans cet article du Journal des économistes, paru en avril 1883, Ernest Martineau met le doigt sur la nature contradictoire d’un récent programme socialiste : si d’un côté on prétend sauvegarder les libertés publiques et vaincre les monopoles, de l’autre on place l’État dans une position d’omnipotence complète. Liberté ou non-liberté : il faut pourtant choisir.