Les bienfaits de la concurrence en matière de religion, par Henri Basnage de Beauval (1684)

« Quand l’Église n’a point d’ennemis à repousser, et qu’elle vogue sur une mer tranquille, personne ne pense à se préparer au combat, ni à marquer les écueils où l’on se pourrait briser pendant l’orage. L’Église tombe nécessairement dès qu’elle s’imagine qu’elle ne peut plus tomber, sans doute par la négligence qui suit cette préoccupation, car on ne songe guère à approfondir les matières de la religion que personne ne conteste. »

L’abrégé de la Démocratie en Amérique de Tocqueville désormais disponible en grand format, couverture dure

La Démocratie en Amérique, publié en deux parties (1835 et 1840), est un chef-d’oeuvre intemporel, acclamé et indéfiniment commenté. Son millier de page pouvant paraître intimidant, l’Institut Coppet publie cet abrégé de 200 pages, où sont condensés les meilleurs morceaux, les développements les plus dignes d’être lus. Cette sélection s’accompagne de notes savantes où il est fait usage de la littérature de l’époque, des carnets de voyage de Tocqueville, ainsi que des brouillons de la Démocratie en Amérique, où la pensée de l’auteur chemine librement et vient compléter les idées du texte qu’il a choisi de livrer à la postérité.

Communauté (Commerce), par Véron de Forbonnais (1753)

« Le premier principe du commerce est la concurrence ; c’est par elle seule que les arts se perfectionnent, que les denrées abondent, que l’État se procure un grand superflu à exporter, qu’il obtient la préférence par le bon marché, enfin qu’il remplit son objet immédiat d’occuper et de nourrir le plus grand nombre d’hommes qu’il lui est possible. Il n’est aucune exception à cette règle… »

Laissons Faire, n°53, janvier 2023

Nouveau numéro de la revue Laissons Faire, de l'Institut Coppet. Au programme : (INÉDITS) Lettres de Pierre-Samuel Dupont (de Nemours) à Karl Fredrik Scheffer (1773-1783). (TEXTES) Collectivisme agraire et nationalisation, par Paul Leroy-Beaulieu (1897). — L’Afrique sous le gouvernement républicain, par Léonce de Lavergne (1849). (RECENSION CRITIQUE) Germaine de Staël, Œuvres complètes, série II, tome IV : Œuvres dramatiques (en deux volumes). Honoré Champion, 2021.

Conférence au profit des victimes du tremblement de terre de l’Amérique méridionale

Quelques mois après la grande catastrophe qui a touché plusieurs pays de l’Amérique du Sud en août 1867, une poignée des plus fameux représentants du libéralisme français du temps se réunit pour apporter leur soutien et engager les Françaises et les Français à effectuer un don de générosité. Édouard Laboulaye, Théodore Mannequin, Arthur Mangin, Jules Simon prennent l’un après l’autre la parole, et rappellent la comptabilité entre les principes du libéralisme et la générosité manifestée envers la souffrance imméritée.

L’émigration des femmes aux colonies, par Joseph Chailley-Bert

Pour les libéraux français partisans de la colonisation en cette fin de XIXe siècle, la question de l’utilité et de la désidérabilité des colonies n’est plus à l’ordre du jour. Le pays est entré pleinement dans cette voie, et les sceptiques ou adversaires d’hier sont eux-mêmes résignés. Il reste à réformer le système colonial, à améliorer son administration. Pour Joseph Chailley-Bert, la question de l’émigration des femmes aux colonies est cruciale. Dans cette conférence de janvier 1897, il expose son projet d’une association qui ferait un travail d’intermédiaire, pour apporter des postulantes capables aux colonies françaises, où ces femmes premièrement travailleraient, puis trouveraient certainement d’elles-mêmes un mari.

Laissons Faire, n°52, décembre 2022

Nouveau numéro de la revue Laissons Faire, de l'Institut Coppet. Au programme : (TEXTES) Le droit de propriété et les propriétaires fonciers, par Ernest Martineau (1892). — L’Église et l’État en Amérique, par Édouard Laboulaye (1873). — Les grands magasins universels et les petits détaillants. Les griefs de ceux-ci contre ceux-là, par Paul Leroy-Beaulieu (1875-1876). — Y a-t-il des impôts moralisateurs, et, dans le cas de l’affirmative, à quels caractères les reconnaît-on ? (Société d’économie politique, réunion du 5 décembre 1888.) (RECENSION CRITIQUE) Iris de Rode, François-Jean de Chastellux (1734-1788). Un soldat-philosophe dans le monde atlantique à l’époque des Lumières, Honoré Champion, 2022.

L’abbé de Saint-Pierre, pour la paix et la liberté

Au début du XVIIIe siècle, inspiré par les exemples de Descartes, Vauban ou Boisguilbert, l'abbé de Saint-Pierre (1658-1743) a multiplié les écrits et les projets pour défendre le double idéal de la paix et de la liberté. Avec plusieurs siècles d'avance, il a proposé l'instauration d'institutions internationales pour garantir la paix et la liberté du commerce. Au sein de l'économie politique naissante, il a participé à rectifier les idées sur le commerce, la monnaie, l'impôt. À Saint-Pierre-Église, dans le château où il est né et où il a composé la plupart de ses grands projets, Benoît Malbranque raconte la vie et les idées de ce chaînon manquant entre le classicisme et les Lumières, qui a servi d'inspiration à plusieurs générations de penseurs épris de l'idée de liberté.

À propos des Œuvres complètes de Gustave de Molinari

La collection des Œuvres complètes de Gustave de Molinari, ambitieux projet engagé en 2019 (année du bicentenaire de la naissance de l'auteur) sous la direction de Mathieu Laine et avec le soutien de M. André de Molinari, poursuit tranquillement son cours aux éditions de l'Institut Coppet. Après quatre volume publiés en 2020, cinq nouveaux volumes ont été publiés cette année. Les contributions les plus célèbres de l'économiste belge, et notamment son article sur La production de la sécurité (1849) et les Soirées de la rue Saint-Lazare (1849) sont ainsi disponibles, entourés de textes moins connus, et de plusieurs centaines d'articles inédits.

La constitution américaine et ses amendements, par Joseph Chailley

En 1889, Joseph Chailley-Bert expose les grands principes de la constitution fédérale américaine, en ouverture d’une traduction de son texte et des amendements apportés. Cette constitution tant vantée n’est pas sans mérite, mais sa portée et son efficacité historique pour produire de la concorde et du progrès ne doivent pas être surestimées. Les peuples doivent à eux-mêmes, à leurs mœurs, la plus grande partie des succès qu’ils obtiennent, juge-t-il ; les institutions sont un cadre qu’on arrange, qu’on retravaille, et qui est toujours sous la dépendance de l’opinion publique.

Œuvres complètes de Gustave de Molinari (Volume 9)

Œuvres complètes de Gustave de Molinari, sous la direction de Mathieu Laine, avec le soutien de M. André de Molinari, et avec des notes et notices par Benoît Malbranque. — Volume 9 : En exil dans son propre pays (1852). Éloigné physiquement de la scène du libéralisme économique français, Gustave de Molinari poursuit sa collaboration aux grandes œuvres du mouvement : le Journal des économistes, et le nouveau Dictionnaire de l’économie politique. En Belgique, il ouvre un cours d’économie politique et prononce des conférences. La menace que Louis-Napoléon Bonaparte représente pour les libertés en France mais aussi en Belgique apparaît lancinante, et domine l’arrière-plan.

Laissons Faire, n°51, novembre 2022

Nouveau numéro de la revue Laissons Faire, de l'Institut Coppet. Au programme : (ÉTUDES) Louis-Paul Abeille (1719-1807), par Benoît Malbranque. (TEXTES) La Russie et les États-Unis au point de vue économique, par Gustave de Beaumont (1854). — L’amortissement de la dette est-il préférable à la réduction des impôts ? (Société d’économie politique, réunion du 5 janvier 1877). (RECENSION CRITIQUE) François Etner, Catholiques et économistes. Leurs controverses depuis la Révolution, Classiques Garnier, 2022.

Liberté et autorité

Pour Ambroise Clément, le maintien de la compression des libertés individuelles, et la vogue des théoriciens qui les soutiennent, s’explique avant tout par une méprise grave commise par l’immense majorité du public, et même nombre d’esprits soi-disant libéraux, sur le vrai sens de ces deux notions : liberté et autorité. Contre les timides et les modérés, A. Clément proclame ce qu’est le vrai sens de l’un et de l’autre, en s’appuyant sur les principes posés jadis par Charles Comte et Charles Dunoyer, et que les économistes libéraux du Journal des économistes paraissent encore les seuls à comprendre et à maintenir.

Rapport sur le concours relatif à la réforme de la législation sur la condition des étrangers, par Anselme Batbie

En 1885, la question de l’immigration n’est pas encore née en France. À l’Académie des sciences morales et politiques, Anselme Batbie — qui s’intéresse à ce sujet et qui participera bientôt à l’édification de la première grande législation sur les étrangers en France — est nommé rapporteur pour un concours organisé sur ce thème. Le concours lui-même fut peu fructueux : un seul mémoire fut reçu ; il fut jugé satisfaisant ; on lui donna le prix. Mais dans son rapport, Batbie illustre la vision positive que le libéralisme français conserve alors sur la question de l’immigration. Pour lui, l’immigration est une ressource qui ne doit pas être redoutée, et les lois qui l’encadrent doivent être accommodantes.

Défense de l’agiotage, par Alphonse Courtois

Sans cesse vilipendée, la spéculation, aussi connue sous le nom d’agiotage, ne trouva pas chez les économistes libéraux eux-mêmes de très nombreux défenseurs. Associée à un jeu, et enrichissant ses acteurs par autre chose qu’un effort productif, elle s’est vu critiquée tant par Jean-Baptiste Say que par ses principaux successeurs. En disciple de Bastiat, Alphonse Courtois relève le défi, en 1864, de défendre l’agiotage au double point de vue économique et moral.

Laissons Faire, n°50, octobre 2022

Nouveau numéro de la revue Laissons Faire, de l'Institut Coppet. Au programme : (ÉTUDES) Le libéralisme officiel à l’Académie des sciences morales et politiques, par Benoît Malbranque. (TEXTES) Du recrutement et de l’avancement des fonctionnaires publics, par Jean-Gustave Courcelle-Seneuil (1874). — Monopole des agents de change. Réglementation des professions d’avocat, de médecin, de professeur (Société d’économie politique, réunion du 5 juillet 1859). (RECENSION CRITIQUE) Léonard Burnand, Benjamin Constant, Perrin, 2022.

De la société conjugale (Partie 3 sur 3), par Louis Wolowski

Dans la suite de son étude sur la mariage et le divorce, Louis Wolowski étudie particulièrement les conditions de la répudiation des époux à l’époque de la Rome ancienne. Il souligne que l’immuabilité du mariage fut longtemps un dogme accepté, et que l’introduction du divorce fut fatal pour les mœurs et la stabilité de la société. Tout concourt, d’après lui, à prouver qu’une société libre doit être fondée sur des mariages irrévocables.

De la société conjugale (Partie 2 sur 3), par Louis Wolowski

Dans la première partie de son étude, dont nous avons donné précédemment la longue introduction, Louis Wolowski étudie la nature du mariage dans la société romaine. Il établit que sa définition y fut dans un premier temps très ferme, et que le relâchement des mœurs et des lois précipita ensuite la chute de la République. Cet exemple lui permet de documenter sa thèse générale, que le mariage indissoluble est la seule loi qui respecte à la fois la dignité de la femme et les nécessités d’une société civilisée. 

De la société conjugale (Partie 1 sur 3), par Louis Wolowski

Dans un long mémoire lu en 1846 à l’Académie des sciences morales et politiques, Louis Wolowski défend l’indissolubilité du mariage contre les partisans de la liberté du divorce. Dans les sociétés primitives, dit-il, la femme est assujettie ; peu à peu elle s’est émancipée et a obtenu des droits et des protections. « Le terme suprême du progrès », écrit-il, « c’est la perpétuité du lien conjugal, seul d’accord avec la dignité de la femme, le bon ordre de la famille et l’intérêt social ».