Observations sur les colonies éloignées

Dans la controverse sur l’utilité ou l’inutilité des colonies, l’abbé de Saint-Pierre défend dans la première moitié du XVIIIe siècle une position qui se retrouvera, avec des développements et des aménagements, chez les grands auteurs libéraux de la seconde moitié du siècle. Coûteuses à établir, coûteuses à maintenir, les colonies ne développent pas le commerce, quand elles l’enserrent dans des monopoles et des restrictions. Si elles peuvent servir à enrichir quelques familles d’un État, elles sont à charge pour la nation tout entière.  

Question politique sur le mariage

Interrogé sur le mariage, l’abbé de Saint-Pierre, qui avait eu par ailleurs l’audace de demander la liberté du mariage pour les prêtres, expose sa position générale. Pour lui, le mariage a vocation à être indissoluble, ne serait-ce que pour protéger les enfants qui sont des tiers et qui pourraient souffrir d’une séparation. Il suggère toutefois que la loi pourrait donner la liberté aux couples mariés sans enfants de se séparer dans certaines circonstances et avec certaines protections au conjoint qui n’en aurait pas fait la demande.

Avantages que doit produire l’agrandissement continuel de la ville capitale d’un État

À l’époque où l’abbé de Saint-Pierre écrit ce texte, Paris est en proportion deux fois moins peuplée que Londres. Pour l’auteur, l’accroissement libre de la capitale ne serait que bénéfique : une capitale est un lieu d’émulation, de progrès, de concurrence plus vive, elle propose à ses habitants une existence plus douce et plus prospère. Il ne faut pas craindre cette immigration vers la capitale, mais s’attacher à mettre à niveau les institutions de police ou de justice, et les aménagements comme routes, ponts, écluses, etc.

Projet pour rendre les troupes beaucoup meilleures et les soldats plus heureux

Pour diminuer le nombre croissant de déserteurs, l’abbé de Saint-Pierre étudie, à la suite de Vauban, si la faiblesse de leur rémunération ne serait pas en fait la raison principale de ce fléau. En comparant le montant des soldes et en prenant en compte la variation des monnaies, il démontre que la hausse des prix, suite des manipulations monétaires, a provoqué un appauvrissement pour les soldats. Par conséquent, pour maintenir des troupes fidèles, endurantes et habiles, qui ne cherchent pas la première occasion pour s’échapper ou revenir dans la vie civile, il faut rétablir la juste proportion, et augmenter leur solde.

Observations pour rendre la société du mariage plus heureuse

Pour l’abbé de Saint-Pierre, le mariage est une petite société dans laquelle l’essentiel est de pratiquer la justice et la bienfaisance. Ces vertus permettent de goûter le plaisir de l’union et de l’amitié une fois que la passion de l’amour s’est affaibli ou éteint. Il s’agit de donner pour recevoir : de multiplier les attentions pour inspirer les attentions, et de procurer des plaisirs pour recevoir des plaisirs.

Lettre sur les femmes

Préparant son Ouvrage sur les femmes (1740), Louise Dupin reçoit le soutien et les réflexions personnelles de l’abbé de Saint-Pierre. Dans cette longue lettre, il recourt à l’histoire antique — grecque, romaine mais aussi chinoise — pour aider à la réhabilitation des femmes. Leurs vertus morales, leur bravoure, leur abnégation et même leurs talents, éclatent au grand jour à la lecture de l’histoire du monde. Il est temps, dit-il, de rendre les femmes les égales des hommes.

Règle pour discerner le droit du tort, le juste de l’injuste entre nation et nation

Parti à la recherche d’une règle simple pour décider du bienfondé ou des torts des demandes réciproques de plusieurs nations dans leurs différends, l’abbé de Saint-Pierre affirme sa préférence pour une formule aux inspirations religieuses : Ne faites point contre un autre ce que vous ne voudriez point qu’il fît contre vous, si vous étiez à sa place le plus faible et s’il était à la vôtre le plus fort.

L’abbé de Saint-Pierre, lecteur de Sully

Dans son fameux Projet de paix perpétuelle (1713, 1717), l'abbé de Saint-Pierre soutient, citations à l’appui, que Sully et Henri IV avaient eu en leur temps le même projet que lui : former une alliance des États européens qui se garantiraient les uns les autres la possession tranquille de leur territoire respectif, afin de mettre fin à toute guerre offensive.

Liberté aux pauvres de travailler les fêtes et les dimanches après-midi

Sous l’Ancien régime, la question de la pauvreté ne se résout pas à celle des mendiants et des vagabonds. Pour que le travail fasse vivre, certains économistes réclament un allègement du poids que l’Église fait peser, par ses chômages forcés, sur l’activité productive d’un grand nombre d’artisans, de commerçants, qui pourraient tirer profit de cette liberté. L’abbé de Saint-Pierre, notamment, formule cette recommandation : que les travailleurs pauvres puissent travailler librement les dimanches après-midi (le matin restant réservé à la messe) ; toutes les fêtes seraient en outre déplacées aux dimanches.

Une longue paix européenne peut-elle faire oublier aux peuples les maux de la guerre ?

Dans son Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe (1713), l’abbé de Saint-Pierre examine l’objection suivante : est-il possible qu’une paix prolongée fasse disparaître des esprits les maux des guerres passées et qu’ainsi la paix, par une sorte de ruse de l’histoire, fasse le jeu des partisans de la guerre, de l’expansion et des conquêtes ?