Caisse d’épargne (Dictionnaire du commerce et des marchandises)

Pour le Dictionnaire du commerce et des marchandises, Adolphe Blanqui présente en 1837 les mérites des caisses d’épargne, qui ont, dit-il, été un évènement dans l’histoire des classes laborieuses, en ce qu’elles fermaient l’ère de la charité par l’aumône pour ouvrir celle de la philanthropie par l’indépendance du travailleur. Le développement très grand qu’a pris cette institution prouve que le ressort de l’initiative individuelle est puissant et que le sens de l’épargne peut effectivement être une ressource.

Des spéculations de bourse et de leur influence sur la fortune publique, par Louis Reybaud

Au milieu du XIXe siècle, la bourse et les opérations financières commencent à prendre une importance démesurée, qui inquiète les économistes. Dans une vaste étude, Louis Reybaud examine les motifs de cet engouement et décèle la source de nombreux déboires futurs. La spéculation éhontée et la manipulation financière, qui prête appui à des combinaisons industrielles et commerciales parfois peu solides, est pour lui un mirage qui n’emporte actuellement la population que par le défaut d’une saine liberté des transactions : cette pleine liberté, en restreignant l’emprise des privilèges et monopoles, découragera les manipulateurs et enhardira les épargnants.

Pourquoi trente ans de monopole ? Observations sur le projet relatif à la Banque de France

En 1891, le renouvellement du privilège de la Banque de France est en débat. Adolphe Coste, spécialiste des questions monétaires, publie alors une courte brochure aux éditions Guillaumin, pour présenter ses propositions de réforme. Le renouvellement pour 30 ans, par exemple, le gêne. « Pourquoi s’enchaîner pour une si longue période, écrit-il, quand on ignore quelles seront les exigences de l’avenir, quand la question monétaire, la question douanière, la question du crédit agricole, la question des banques libres, la question des chèques et des compensations sont à peine posées et loin d’être résolues ? »